9. Campus, mobilité et logement

La présence de l’Université de Liège au sein de 3 villes et de 4 campus est une situation de fait qui n’évoluera pas dans un avenir proche. Au sein même de notre Université, nous devons, d’une part, veiller à une synergie et une interaction optimale entre nos campus et, d’autre part, permettre une bonne intégration des sites, plus distants, de Gembloux et Arlon qui sont des atouts pour l’Université de Liège et des points d’accès à une plus grande région géographique. Les campus de Gembloux et d’Arlon doivent disposer des mêmes services que les implantations liégeoises pour leurs activités universitaires. Ils doivent aussi offrir à leurs étudiants l’accès à des facilités et activités sportives ou culturelles.

Nos campus sont emblématiques et constituent une vitrine pour notre Université qui doit traduire notre vision. Ce sont très naturellement des sites d’expérimentation et d’innovation dans des domaines dont la variété va de pair avec leur diversité, allant d’un domaine boisé jusqu’à une métropole. Chaque campus doit être développé dans une optique adaptée à sa situation et à sa configuration. À moyen et long terme, tous nos campus seront organisés pour réduire au maximum les problèmes de mobilité en lien avec une politique de logement adaptée ; ils seront exemplaires au niveau énergétique et devront offrir des lieux de vie agréables, ouverts, propices à l’étude et en même temps au travail collaboratif.

Dans le plus court terme, un point prioritaire est certainement la mobilité vers le Sart-Tilman. Le campus du Sart-Tilman est un superbe domaine naturel de 754 ha, mais il y a peu de logements à proximité, ce qui implique un trafic important. Les seuls transports publics actuellement disponibles sont les lignes de bus, surchargées aux heures de pointe.

Une politique volontariste de mobilité vers le Sart-Tilman s’impose. Elle comportera trois volets.
  • L’encouragement du co-voiturage, grâce notamment à la nouvelle application COVOITULIEGE.
  • Le développement des pistes cyclables vers et sur le campus, les vélos électriques facilitant nettement les trajets, ainsi que l’aménagement de zones spécifiques suffisantes pour parquer les vélos, au Sart-Tilman comme au Centre-ville.
  • La promotion de projets de transport alternatif, en particulier une liaison par téléférique entre le futur tram et le Sart-Tilman.